L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques !
Vous êtes ici : Accueil » Edito » Programme des conférences

Programme des conférences

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques, 9ème édition, 14-18 mars 2011

D 12 mars 2011     H 10:07     A aline     C 0 messages


Programme des conférences tout public, en accès libre.

Bonjour,

vous trouverez ci-dessous, l’affiche de la 9ème édition avec le programme détaillé, du 14 au 19 mars 2011.

Pour vous mettre en appétit voici une introduction à trois des sept conférences :

La ville, miroir de la société
par Robert Ziavoula

En Afrique subsaharienne, la ville, d’origine coloniale, a visiblement produit des modèles et formes de l’organisation sociale et de productions culturelles diverses dans leurs dimensions politiques,
économiques et religieuses. Ces modèles peuvent être saisis à plusieurs échelles : celle du quartier, de la zone, de l’administrateur, du politique, du citadin ou du simple observateur, chacun a sa conception de la ville. C’est un espace fragmenté, segmenté, déshumanisé qui se révèle à travers des métaphores ou par la manière de vivre dans cet environnement, la façon de s’y conduire. Un lieu étrange, où vivent des inconnus, où les liens sociaux se dénouent, avec des lois obscures, et où les nouveaux arrivants n’ont pas le droit au moindre respect. Elle est aussi un « analyseur » des questions qui dépassent le cadre urbain : « la citoyenneté, la démocratie, la mondialisation dans ses avatars sociaux et identitaires ».

Géographie et graffiti : une poétique de l’espace urbain. L’exemple palois
par Lionel Dupuy

Quel point commun peut-il y avoir entre la géographie et les graffiti, ces expressions artistiques que l’on retrouve dans toutes les villes ?
L’ambition de la géographie est de comprendre et de dire la complexité du monde dans lequel nous vivons, nous évoluons. À l’échelle de l’agglomération paloise il est alors possible de lire les graffiti qui ornent certains secteurs de la ville comme l’expression d’un autre rapport à l’espace. Les graffeurs, notamment ceux qui agissent entre la Gare et le Gave de Pau, nous offrent des représentations artistiques qui méritent une attention particulière. Une véritable poétique de l’espace se dégage ainsi, au sens étymologique du terme : faire, créer.
La conférence se propose donc d’offrir un autre regard sur ces travaux d’artistes qui donnent à voir une autre facette de la ville, plus ancrée dans l’imaginaire, l’extraordinaire, le fantastique, le merveilleux, dans des mondes parallèles qui, finalement, en disent long sur notre quotidien.

Guerres civiles et ségrégation urbaine
par Abel KOUVOUAMA

Depuis 1990 notamment, l’éclatement et la multiplication rapide de
nouvelles guerres civiles dans la plupart des continents,
particulièrement sur le continent africain et dans le continent
Est-européen, ont favorisé également l’apparition d’acteurs
individuels et collectifs inédits, tels les milices armées, les
enfants-soldats. A la suite de Karl Von Clausevitz les études de
polémologie (science qui s’applique à l’étude du phénomène de la
guerre), ont émis l’idée d’après laquelle, la guerre est la
continuation de la politique avec l’emploi d’autres moyens. Il s’agit
ici surtout de la guerre d’Etat à Etat qui met en présence les forces
militaires qui s’affrontent. Cependant des distinctions sont aussi
faites entre la polemos, guerre entre Etats et la stasis (discorde à
l ?intérieur d’un même Etat). Par la suite, d’autres distinctions
faites entre « guerres justes » et « guerres injustes » ont prolongé
le débat sur la pertinence discutée d’une « justification morale » de
la guerre quelle qu’elle soit.

Ainsi, dans le contexte de la mondialisation contemporaine
néo-libérale saisie comme un processus suscitant à la fois de
l ?homogénéisation et de la différenciation, des cohérences, des
tensions, des tendances (Beaud, 1999), des contre-tendances et
ruptures (Bourdieu, 2001), le déclenchement des guerres localisées
de guerres civiles a conduit à les penser sous un angle global en en
identifiant les causes directes et les causes indirectes. En effet, à
travers les violences armées sur les personnes civiles, la
fragmentation des territoires et la perte du monopole étatique de la
violence légitime, quels sont les raisons qui justifient le
déclenchement des guerres civiles ? Quels en sont les acteurs habituels
et quels sont, du fait des violences guerrières, les nouveaux acteurs
apparus dans le champ politique ? Que recouvre la notion de guerre
civile ?

L’objet de notre réflexion consiste d’abord (cartes à l’appui) à
analyser dans une perspective socio-anthropologique, les causes du
déclenchement des guerres civiles dans certains pays d’Afrique au sud
du Sahara, et dans ceux d’Europe de l’Est ; puis de montrer que
celles-ci ont favorisé des logiques guerrières de ségrégation de
l’espace urbain, à côté qui se sont ajoutées aux autres logiques
politiques ayant conduit à des ségrégations sociales, politiques,
économiques et religieuses.

A bientôt avec nous !
Aline

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message