L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques !
Vous êtes ici : Accueil » Edito » Conférences du 11 avril (Lasseube) et du 14 avril (Uppa)

Conférences du 11 avril (Lasseube) et du 14 avril (Uppa)

D 4 avril 2015     H 20:28     A Administrateur     C 0 messages


Samedi 11 avril : conférence à Lasseube, à 20h30 à la Maison pour tous, animée par Bernard Duperrein (MCF Sociologie) et Francine Bégards, Mercedes Alvarez de Pau-ses, et Henriette Allegre (association Lasseube)

Mardi 14 avril : Table ronde animée par Lionel Dupuy (Uppa) et Laurent Bruneau (Pauses) autour de la question des géographies Bourdieusiennes. En présence des doctorantes, Zoé Boularan, Leila Frouillou et Thiphaine Besnard.
Amphithéâtre de la Présidence, UPPA Pau , 17h-19h30

Pour le 11 avril :
Depuis 2003, l’Association PauSes (Pau Sciences Économiques et Sociales), le Laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités)
et d’autres enseignants-chercheurs de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour s’efforcent de proposer, en direction du plus grand
nombre de participants, la diffusion des connaissances sociologiques et anthropologiques élaborées par Pierre Bourdieu et ses collaborateurs.
Il y a trois ans, nous organisions ici à Lasseube une table-ronde sur la dépaysannisation où les citoyens - acteurs de ces évolutions, en premier
lieu les agriculteurs-exploitants -, ont témoigné de leurs expériences et échangé leurs réflexions sur le sens et l’avenir possible de la vie « paysanne
 ». Le terme de dépaysannisation, utilisé par le sociologue béarnais Pierre Bourdieu, sert à désigner le processus à la fois historique et
actuel qui accompagne tout développement économique et social. En effet, les progrès techniques, l’industrialisation, la hausse du niveau de vie,
les mutations sociales qui les accompagnent, comme l’urbanisation et la promotion de l’individu qui peut se délier plus aisément de ses groupes
d’appartenance originels, mais aussi les politiques publiques touchant à la ruralité (promotion de la productivité, réformes agraires, foncières,
successorales...), désorganisent fortement les sociétés, qui sont toutes, toujours, à l’origine fondamentalement paysannes. Les modes de vie
paysans traditionnels se défont alors progressivement, souffrant de plus en plus d’une certaine dévalorisation. Certains paysans eux-mêmes
rompent le fil de la transmission de la terre et de son travail, la quittent pour tenter de trouver une plus grande « dignité » économique et sociale,
en ville le plus souvent.
Cette « crise de la société paysanne », que Pierre Bourdieu observait déjà en Béarn dans années 1960, est désormais un phénomène
mondial universel. Il touche, affecte, domine le monde contemporain en voie continue de forte urbanisation. En France, pionnière en la matière,
les paysans et agriculteurs continuent de nos jours de les vivre, avec plus ou moins de réussite et d’interrogations, tout particulièrement dans
l’espace rural où, par exemple, le nombre d’installations agricoles ne cesse de chuter. Mais en même temps, d’autres paysans et agriculteurs
diversifient leurs activités sur place, à côté de néo-ruraux en provenance de la ville.
Au cours de ces conférences-débats, et au lendemain de l’édition 2015 du Salon de l’agriculture, nous essaierons ainsi
de réfléchir ensemble sur les mutations du monde paysan, notamment dans le Béarn.

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message